Comment on transpire

Les glandes sudoripares
Nous avons sur tout le corps environ 3 millions de glandes sudoripares, en particulier sur les aisselles, la nuque, la tête, le front, sur la paume des mains et la plante des pieds. Elles sont totalement absentes de la partie charnue des lèvres, du lit de l’ongle, du tympan et de la plus grande partie de la zone génitale. Il y a jusqu’à 350 glandes sudoripares par centimètre carré sur les mains, les pieds, le front et les aisselles.

On distingue entre les glandes sudoripares éccrines et apocrines
Les glandes sudoripares eccrines sont les plus communes chez l’homme et sont en grande partie responsables de la quantité de sueur. Elles sont directement reliées aux régulateurs thermiques centraux qui se trouvent dans le mésencéphale, servent à réguler la chaleur de l’organisme excrètent non seulement de l’eau, mais aussi des substances toxiques et des résidus métaboliques. Selon la température, entre un demi-litre et huit litres de liquide peut être excrété quotidiennement.

Les glandes aprocines se distinguent par une sécrétion plus visqueuse. On les appelle aussi des glandes odoripares. Ces dernières n’apparaissent qu’à la puberté, aux racines des poils; en majorité sous les aisselles, près de l’anus et dans les zones génitales. Les glandes odoripares servent moins à dissiper la chaleur et sont particulièrement activées par de fortes stimulations émotionnelles, comme par ex. la colère et la douleur, la peur et le désir sexuel. La sueur aprocrine est inodore, lorsqu’elle est excrétée par l’épiderme. Ce n’est que lorsqu’elle est décomposée par les bactéries et les champignons de la peau que se dégage une odeur désagréable. C’est justement sous les aisselles que se trouvent des glandes sudoripares particulièrement développées, dont les sécrétions provoquent une odeur pénétrante et des taches de transpirations désagréablement humides sous les bras.

De quoi la sueur est-elle composée
La sueur se compose de 99 % d’eau et contient outre du chlorure de sodium, du potassium, du magnésium, du sulfate, de l’urée, des acides gras volatils bas, des graisses neutres, de cholestérol, d’immunoglobuline et de substances aromatiques. Les pathologies des glandes sudoripares peuvent prendre la forme de surproduction de sueur (hyperhydrose), de sous-production de sueur (hypohydrose) ou de l’absence totale de sueur (anhydrose).

 

Choose your region

Germany
Germany (Deutsch)
World
World (English)
United States
United States (English)
France
France (French)
Spain
Spain (Spanish)
Italy
Italy (Italian)
Close